J'aime bien...

Ici on parle de tout et de rien, de la pluie et du beau temps, du boulot, des vacances, etc...
Avatar du membre
SVED
Pilote 250 cm3
Pilote 250 cm3
Messages : 506
Enregistré le : sam. 09 nov., 2013 11:08
Moto : 650 SVN K8
Localisation : ligérien

J'aime bien...

Message par SVED »

....cet article,mais je ne sais pas ou le poster alors je tente ici.



Dans ma boîte, on voit défiler des intérimaires toute l'année. Certains de braves types, d'autres moins. Et puis il y a les mômes qui essayent de causer bécanes avec le club des scrogneugneux -aïe.

Je veux une sportive (mon cul)

Je t'ai déjà parlé du club des scrogneugneux. De temps en temps, un intérimaire en mal de repères sociaux dans l'usine vient nous entreprendre. Il a le plus souvent un 50 trafiqué qui hurle à la mort ou une bécane à la mode avec un réservoir qui fait mal aux couilles et un phare mal gaulé parce que ça fait "manga".

Le gamin arrive par la tangente et vient poser son gobelet de café pas tout à fait en face de moi. Fifi, à ma droite, choisit de l'ignorer. Seb se lève pour aller se chercher à boire. Le gamin attaque, s'adressant à moi, celui qui a l'air le moins malcommode :

- Il est à toi, le gros scoot ?

- Oui.

- C'est bien ? Il prend combien ?

La question revient souvent. Je la trouve stupide. Je réponds quand même :

- Assez pour perdre six points sur l'autoroute.

Moment de flottement en face, le temps que le gamin fasse l'addition. C'est un gros bobard : j'accroche au mieux 140 chrono.

Il entre alors dans le vif du sujet :

- Mon cousin, il a une R1. Débridée. Elle fait 220 chevaux au banc. Avec, il prend 280. Et elle lève même en quatrième.

C'est terrible, ces gens qui cherchent à exister en répétant les bobards des autres.

Fifi lâche un grognement entre moquerie et mépris. Pas effarouché, le gamin continue :

- Avec, il gratte les S 1000 RR et pourtant ça envoie fort, une S 1000 RR.

J'aime bien comme il prononce S 1000 RR en détachant les syllabes, comme s'il avait peur d'écorcher un mot nouveau. Grognement bis de Fifi, qui lâche :

- C't'une merde, la S 1000. Rien dans le sac.

Fifi n'a pas digéré la trahison de l'abandon du flat deux soupapes à air.

Le gamin hésite : en face de lui, il n'a pas un de ses copains qui ne savent de la moto que ce que leur disent les magazines. Plutôt de vrais experts : la dernière fois que je suis monté sur une sportive, c'était un Gex' 600 et je n'ai pas le souvenir d'avoir passé les 8.000 tours ; trop la trouille.

Il ne faut pas non plus être trop chien, scrogneugneux ou pas. Je souris :

- Et toi ? Tu as quoi comme moto ? Parce que tu viens ici en voiture, non ?

- J'ai un 50. Mes parents veulent pas que je passe mon permis moto.

Je hausse les épaules, d'un air résigné.

- Mais celle que je veux, c'est un Panigale 1299 S. Elle est trop belle.

COUCHÉ KPOK ! PAS BOUGER ! COUCHÉ J'AI DIT !

J'ai réussi à juste sourire. Fifi ne dit rien : chez Ducati, il s'est arrêté de compter à 851. Le gamin a dû prendre mon expression pour un encouragement : il déroule la fiche technique de la bécane, qu'il connaît visiblement par coeur.

C'est terrible, ces gens qui cherchent à exister au travers des fausses promesses des constructeurs.

Le gamin s'arrête, guettant une réaction. Je me penche vers lui, sur l'air de la confidence, comme si j'allais lui révéler un grand secret -et c'est vrai. Je murmure en montrant les scrogneugneux du doigt :

- Regarde-nous, les anciens. Sur quoi crois-tu qu'on roule ? Moi sur un gros scoot, Fifi sur un XJ 600, Seb sur une SV à carbus, Manu sur une Transalp. Alors qu'en toute logique on devrait tous rouler sur des motos ultimes, non ? Alors d'après toi, pourquoi on ne le fait pas ?

Le gamin fronce les sourcils. Il est soudain sérieux. Il gamberge. Il fait "non" de la tête.

- Si tu veux vraiment trouver une bonne moto, regarde son compteur kilométrique. S'il affiche 50.000 pour un mono, 70.000 pour un bi ou 100.000 pour un 4 en ligne, alors c'est une bonne moto. C'est la route qui fait la bonne moto, pas les jolies photos, pas la liste d'options, pas même le prix, juste la route. C'est la route qui arbitre.

Je martèle la table de l'index.

- Ta Panigale, ou la R1 de ton cousin... elles n'auront jamais 100.000 bornes au compteur. Personne n'aime assez une R1 ou un Panigale pour la garder aussi longtemps, pour faire autant de bornes avec. Alors qu'une XJ 600 modèle 1985, oui. Tu vois le truc ?

Il est l'heure de retourner sur la ligne : nous n'avons que 17 minutes de pause. Le môme se lève, le regard vide.

A la prochaine pause, j'en fais un disciple enragé de la CB 500 type PC 26.

par Koud'Pied o'Kick |
Image
Avatar du membre
Ytse_Jam
Pilote Supersport
Pilote Supersport
Messages : 2638
Enregistré le : lun. 28 juil., 2008 15:43
Moto : Daytona 955i 2005
Localisation : Montréal (QC) Canada

J'aime bien...

Message par Ytse_Jam »

:hehe: :hehe:
Avatar du membre
KOKO
Pilote Superbike
Pilote Superbike
Messages : 3113
Enregistré le : ven. 25 mars, 2016 18:31
Moto : ex: SV 650 N 1999 / actuelle : FZ6 full black 2006

J'aime bien...

Message par KOKO »

:hehe: :hehe:
tellement du vécu...
:
Image
Avatar du membre
Golgote
Pilote Grand Prix
Pilote Grand Prix
Messages : 7276
Enregistré le : mer. 09 avr., 2008 11:08
Moto : Gex 750 k7 / ex SVS 650 k3
Localisation : Bord d'eau

J'aime bien...

Message par Golgote »

Excellent :hehe:
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait !!
:broarp: Ma Belle Moto de Légende :frime:

Insta : @laurentlbt40
Avatar du membre
JEJ
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 12399
Enregistré le : dim. 02 déc., 2012 12:58
Moto : 701 SM '18 & VERSYS 650 '10

J'aime bien...

Message par JEJ »

Sympa l'histoire. ;)
 
 
Appel de phare à tous mes frères motards de France et de Navarre.
Avatar du membre
Océ
Pilote Superbike
Pilote Superbike
Messages : 3651
Enregistré le : jeu. 06 nov., 2014 11:48
Moto : SV650 (route) - GSXR600 (piste) - 200WR (enduro)
Localisation : Monts du Lyonnais

J'aime bien...

Message par Océ »

Sympa :cote:
:love: Les anciens bébés : BICHETTE & WR & BIG'MAMA :love:

:love: Les bébés actuels : IZZIE & DUKE 690 & ZX6R :love:
Avatar du membre
Veyete
Pilote Superbike
Pilote Superbike
Messages : 3899
Enregistré le : mer. 25 févr., 2015 13:05
Moto : Tuono '03 / Kawasaki Z650 '77 / KTM 620 LC4 '98
Localisation : Drumettaz-Clarafond

J'aime bien...

Message par Veyete »

J'me suis bien marré. :hehe:
gti505
Pilote 125 cm3
Pilote 125 cm3
Messages : 356
Enregistré le : mer. 15 juil., 2009 14:43
Moto : SV-N K8 ABS Full Black
Localisation : Paris

J'aime bien...

Message par gti505 »

J'adore !!! Cela me fait à tous ceux qui disent que je roule sur une vieille (que de 1988) sans aide ... mais qui roule tout le temps
Avatar du membre
SVED
Pilote 250 cm3
Pilote 250 cm3
Messages : 506
Enregistré le : sam. 09 nov., 2013 11:08
Moto : 650 SVN K8
Localisation : ligérien

J'aime bien...

Message par SVED »

Du même auteur le nouvel article :

Impressions de liberté
Je chéris ces impressions de liberté que j'ai parfois sur la route.

Le ciel est vaste, la chaussée défile. Tout à coup, je n'ai plus rien à faire, plus d'objectif, plus de contraintes. Je chéris ces impressions de liberté que j'ai parfois sur la route.

Impressions de liberté

J'ai de temps en temps un poignant sentiment de liberté sur la route. Le sentiment d'être libéré de mes tâches quotidiennes, de mes impératifs, des horaires à respecter. Pendant quelques secondes, j'ai l'impression que tout ce fatras vient de tomber à terre derrière moi, qu'il n'existe plus ; que je suis enfin libre de continuer à rouler sans prendre la sortie habituelle, sans savoir déjà où je vais m'arrêter.

L'autre jour, j'ai essayé de comprendre ce qui cause ce sentiment.

Je suis à table, dans un établissement de restauration rapide dont le seul avantage est de proposer une vue dégagée sur plusieurs kilomètres -je pense que c'est cette vue qui m'attire ici. Je domine légèrement un rond-point moyennement fréquenté. Mon regard est comme bercé par le va-et-vient régulier des voitures et des camions : freinage, entrée en courbe, inversion de courbe, sortie. Ce ballet a quelque chose d'hypnotique. Une rangée de peupliers maintenant nus achève la silhouette d'une colline à droite ; à gauche, c'est la symétrie industrielle d'un hangar gris. Entre les deux, je vois loin, jusqu'à ce point où le ciel et la terre se confondent.

J'ai le temps : trente minutes avant d'y aller. Le temps est le premier ingrédient -il faut que j'aie du temps devant moi. Le restaurant est vide, je l'ai quasiment pour moi tout seul. Il n'y a rien pour distraire le fil de mes pensées. J'accompagne des yeux, sans penser à rien, le mouvement des voitures sur le ciel en nuances de gris. Je suis au calme : le calme est le deuxième ingrédient. Pas de soucis immédiats, rien à faire de mieux que de regarder dehors les voitures sur la route. Sur la table, j'ai posé mon vieux casque et cette paire de gants bien chauds dont je suis très content. J'ai avec moi de quoi rouler jusqu'au bord du monde.

J'ai le temps.

Je suis seul, au calme.

La moto m'attend dehors.

Si je voulais, je pourrais sortir, l'enfourcher et partir au hasard, vers n'importe où. M'arrêter ce soir nulle part, dormir et repartir le lendemain, toujours pour n'importe où. Rien ne m'en empêche. Je suis libre. Libre de mes mouvements, libre de mes choix.

Ce sentiment m'apaise. Je respire plus lentement, plus profondément. Je sirote un café dans un gobelet de papier. La moto est garée un peu plus loin ; un soleil hésitant en fait briller la peinture. J'aime bien la regarder. Je me dis que j'irais bien dans un endroit où il fait plus tiède qu'ici, qu'en pleine semaine j'aurai la route pour moi tout seul et que je pourrais conduire le nez au vent sans m'inquiéter des autres.

Je joue avec cette idée : ne pas aller à l'usine aujourd'hui ; plutôt prendre tout droit au rond-point et repousser les limites de la route connue -poser mes roues où je ne suis jamais allé.

J'ai fini mon café. Je ramasse mon casque et mes gants. Je m'apprête au piquant du froid dans les narines quand je vais pousser la porte. Je donne le coup de rein familier pour relever la moto de la latérale. Jauge presque à fond : 260, peut-être 280 kilomètres d'autonomie peut-être en roulant doux.

Allez ?
Image
Avatar du membre
Veyete
Pilote Superbike
Pilote Superbike
Messages : 3899
Enregistré le : mer. 25 févr., 2015 13:05
Moto : Tuono '03 / Kawasaki Z650 '77 / KTM 620 LC4 '98
Localisation : Drumettaz-Clarafond

J'aime bien...

Message par Veyete »

Amen!
Avatar du membre
luciolle
Pilote Superbike
Pilote Superbike
Messages : 4220
Enregistré le : jeu. 07 févr., 2013 22:56
Moto : 690 smc '08 & T7 '19
Localisation : Lyon

J'aime bien...

Message par luciolle »

Une préférence pour le premier article, mais assez agréable à lire :cote:
Image
Avatar du membre
Fiju26
Pilote 125 cm3
Pilote 125 cm3
Messages : 433
Enregistré le : lun. 09 févr., 2015 18:54
Moto : SV 650 N 2k5

J'aime bien...

Message par Fiju26 »

"I have a dream !"
Image
gti505
Pilote 125 cm3
Pilote 125 cm3
Messages : 356
Enregistré le : mer. 15 juil., 2009 14:43
Moto : SV-N K8 ABS Full Black
Localisation : Paris

J'aime bien...

Message par gti505 »

j'adore !!!
Avatar du membre
SVED
Pilote 250 cm3
Pilote 250 cm3
Messages : 506
Enregistré le : sam. 09 nov., 2013 11:08
Moto : 650 SVN K8
Localisation : ligérien

J'aime bien...

Message par SVED »

KPOK contre Superconnard
J'en ai de plus grosses

18h20. Comme un âne, j'ai pris la rocade. Sous la flotte. Un vendredi soir. J'interfile à la parisienne. Il a déboulé derrière moi et direct : bip bip ! Me klaxonne dessus. Superconnard.

Traumatisé par 15 ans de périphe parisien, je prends rarement la rocade et surtout pas aux heures de pointe. C'est pas que ça roule mal, ça n'a rien à voir avec la glu parisienne, c'est juste que je n'ai plus envie de faire de l'interfile comme avant.

Mais ce jour-là je pensais à autre chose, j'ai pris à droite vers l'échangeur au lieu de continuer tout droit par le centre-ville. Au moment où je balance la bécane, je m'aperçois de mon erreur. Il y a une caisse derrière moi : impossible de rectifier.

Bon.

Tant pis.

Je reste sagement dans ma voie jusqu'à rejoindra la rocade, me déporte tranquillou vers la gauche et m'installe sur la dernière file qui avance correctement. Normalement, c'est à l'échangeur suivant que ça bouchonne. Oui : ça ralentit devant. J'allume les warnings, déboîte et commence à remonter les files. Je suis surpris par la docilité du Dijonnais qui fait gaffe à ce qui se passe dans ses rétros et me laisse passer. Pourtant nous ne sommes pas nombreux à circuler à deux roues, surtout à cette époque de l'année. Ce qui fait que je roule peinard et sans forcer.

Après le léger gauche en montée, il y a la très longue ligne droite en descente. Ça roule sur deux files bien larges, je vois loin, le bitume est nickel, c'est presque le pied de faire de l'interfile dans ces conditions. C'est là que j'apprécie mes rétros raccourcis, le freinage intégral et le variateur modifié qui répond sans temps mort.

Bip-bip !

Le mec a déboulé derrière moi pleine balle. Mes rétros étaient vides il y a 10 secondes. Il doit venir du dernier échangeur. Il roule vite, parce que je fais un bon 80 entre les bagnoles à guère plus de 50.

Bip-biiip !

Il est pressé le frangin ! Ou c'est un flic ? Non, un flic aurait balancé un coup de sirène et allumé ses feux. Et puis tout à coup, la moutarde me monte au nez. Tu peux pas attendre 15 secondes que je trouve un trou entre deux caisses ? Je passe en revue les options : continuer à me traîner en mode 'tu peux klaxonner tout ce que tu veux, je m'en fous, je reste devant', ou bien mettre gaz en grand et jouer à celui que se déballonne le premier.

Hmmm...

Ce type me gonfle : gaz !

A Superconnard, Superconnard et demi.

Je regrette. Je regrette tout de suite. Oh combien je regrette certains jours de me transformer moi aussi en Superconnard. Surtout à un bon 110 entre les files, assis sur une enclume avec des freins en guimauve. La première caisse qui déboîte, je me l'emplâtre pleine tronche. Si je continue, ça va finir dans une vidéo Youtube intitulée "Epic Fails and Crashes".

Coup d'oeil dans le rétro : le mec est distancé. Je coupe avec soulagement. Restons sur cette "victoire" morale. Un trou entre deux voitures, je chope les freins et m'y glisse, d'autant que c'est là que je sors.

Le mec me double alors que je m'engage sur la bretelle de sortie.

Bip-biiip !

Et rancunier, avec ça. J'me marre.

Il roule sur une XJ 600 grise, premier modèle. Il me fait un... coucou ?

Eh ! Mais c'est Fifi !

***

Epilogue, le lendemain à la cafeteria :

Fifi : je t'ai vu hier, sur la rocade, j'étais derrière toi. Je t'ai klaxonné mais t'as pas dû entendre. J'ai essayé de te rattraper, mais tu roulais carrément trop vite. Ça roule fort, quand même, ton truc. Moi j'oserais pas rouler si vite entre les caisses. Mais toi tu dois avoir l'habitude avec Paris.

KPOK : Heu... ah bon ? Heu, non, j'ai pas fait gaffe. T'es sûr que c'était moi ? Heuh... Houlah ! Mais t'as vu l'heure ? Faut y aller, là.

Plom-plom-plom...
Image
Avatar du membre
Fiju26
Pilote 125 cm3
Pilote 125 cm3
Messages : 433
Enregistré le : lun. 09 févr., 2015 18:54
Moto : SV 650 N 2k5

J'aime bien...

Message par Fiju26 »

:hehe:
Image